Bonne visite

vendredi 18 février 2011

Alain, Système des beaux arts - p239, 240 (éd. La Pléiade)

Synthèse du texte : l’artiste est celui dont l’idée de l’œuvre vient après l’œuvre elle-même, contrairement à l’artisan dont l’idée précède l’objet créé. L’artiste est spectateur de sa propre création dans le sens où il est déjà en recul de la chose qu’il créé en même temps qu’il la créé. La notion d’étonnement montre bien que l’idée de l’artiste est découverte au moment de la création de l’œuvre, que l’artiste découvre donc sa propre idée à l’instant de sa création, sans anticipation.
Etonnement : idée de dépassement de l’attente de départ ; création d’une œuvre unique qui n’existe pas dans la nature et dans l’esprit.

L’artisan peut se rapprocher de l’artiste dans le cas où il trouverait mieux que ce qu’il avait prévu au départ. L’idée se modifie d’elle-même, l’œuvre dépasse l’idée de départ.

Explication détaillée :

I/ L’artisan
·        « toutes les fois que l’idée précède et règle l’exécution, c’est l’industrie » : alain pose la définition de l’artisan et du travail technique. Pour le travail technique, il ya d’abord une idée qui se réalise ensuite dans l’objet fabriqué. Dans la technique l’œuvre ne dépasse pas l’idée initiale.
·        « et encore est-il vrai […]mais par éclairs » : possible exception où l’artisan peut ressembler à l’artiste : idée de dépassement de l’idée initiale. L’artisan s’étonne car il fait finalement mieux qui ce qu’il avait pensé au départ.
·        Idée de multiplicité du travail technique qui est considéré par Alain comme un travail mécanique, à savoir qu’il est la réalisation d’une idée préalable, reproductible à l’infini : « une œuvre mécanique », « une machine bien réglée d’abord ferait l’œuvre à mille exemplaires »

II/ L’artiste
·        « pensons maintenant » : connecteur logique qui annonce la seconde partie
·        L’idée vient après l’œuvre : inversion totale du travail technique. L’idée vient en même temps que la création de l’œuvre puis idée que l’idée vient même après la création.
·        D’où vient la création ? Du génie : idée de divin : « grâce de la Nature »
·        Apparition d’un étonnement : anticipation de l’artiste qui se situe déjà comme spectateur de son propre travail. L’œuvre dépasse l’idée de départ si tenté qu’il en ait une. Le beau nait subjectivement.
·        « ainsi la règle du beau[…]à faire une autre œuvre » : unicité de l’œuvre d’art car l’idée de beau apparait à l’artiste au moment où il créé ; ce n’est pas une idée qui peut être anticipée et donc qui ne peut pas être reproduite.

Intro : Alain, philosophe, journaliste et professeur de français, dans son ouvrage Système des beaux arts, 1920, nous parle de la différence entre le travail technique et le travail artistique. Dans les pages 239 et 240, il procède en une comparaison, qui constitue l’ensemble de l’extrait se découpant en deux grandes parties : le travail technique ; le travail artistique.

Conclusion : Alain fait son explication en deux temps : l’artisan voit son idée précéder son œuvre, ce qui la rend reproductible à l’infini. L’idée de beau vient après l’œuvre elle-même et créé un étonnement chez l’artiste qui voit s’effectuer un dépassement de l’idée par l’œuvre.


4 commentaires:

  1. je n'ai pas bien compris la derniere phrase du texte "ainsi la regle...Oeuvre" et pour qu'elle raison la regle du beau ne peut-elle jamais servir a faire une autre oeuvre?

    RépondreSupprimer
  2. La règle du beau qui se trouve prise dans cette oeuvre ne peut pas servir à faire une autre oeuvre, elle ne peut servir qu'une seule fois, sinon l'artiste ne serait pas "surpris", il ne serait que "satisfait".

    RépondreSupprimer
  3. quelle est la thèse du texte et comment est-elle établis ?

    RépondreSupprimer
  4. Alain nous montre la différence entre un artiste et un artisan, pour lui un artisan est une personne qui façonne sont idée préalablement imaginée quant à l’artiste c’est pendant ou seulement à la fin de son œuvre qui lui vient à l’esprit une idée.

    RépondreSupprimer